Revista Internacional de Poesía "Poesía de Rosario" Nº 19
Revista Internacional de Poesía : "Poesía de Rosario" Nº 19  
  INICIO
  EDITORIAL
  AUSPICIANTES
  HOMENAJES A:
  ENSAYOS
  NUEVOS MEDIOS
  POESIA ARGENTINA
  BIBLIOGRAFICAS
  POESIA INTERNACIONAL
  POESIA BILINGÜE
  => Daouda NDIAYE
  => Florie Krasniqi Rittiner
  ENLACES RECOMENDADOS
  COMUNICACIÓN CON EL EDITOR
  ¡¡¡NOVEDADES!!!
Daouda NDIAYE

Daouda NDIAYE




Poèmes en wolof de Daouda Ndiaye traduits en français et en espagnol


Gàddaay (poème en wolof)


Gàddaay rekk dëkke gàddaay
Gàddaay ba nekk fu amul daay
Gàddaay ba mana sori gàgg gi
Gàddaay ba mana daw kàdd gi
Gàddaay kàdd ga ñuy siyaare
Gàddaay gedd la ñuy tasaare
Gàddaay baaxoo wërum réew
Gàddaay rekk bañ ku la yéew
Gàddaay ba far tàbbi ci dun
Gàddaay ba far tebbi lu duun
Gàddaay ba fa ñi la xañub dund
Gàddaay dund fa sa giiru-dund
Gàddaay defar sa gentu baay
Gàddaay dëggal sa géntu yaay
Gàddaay rekk dëkke gàddaay
Gàddaay ba nekk fu amul daay



« Gàddaay » poème en wolof traduit en français

S’exiler

S’exiler habiter l’exil toute une vie
S’exiler pour fuir les feux de brousse
S’exiler pour être loin du troupeau
S’exiler pour s’éloigner de l’acacia
S’exiler loin de cet arbre vénéré
S’exiler pour bouder ses fruits répandus
S’exiler à la recherche d’un pays
S’exiler pour éviter d’être encerclé
S’exiler pour atteindre une île
S’exiler pour en tirer grand profit
S’exiler loin de ceux qui t’ont affamé
S’exiler habiter l’exil toute une vie
S’exiler pour reconstruire les ruines de ton père
S’exiler pour réaliser les rêves de ta mère
S’exiler habiter l’exil toute une vie
S’exiler pour fuir les feux de brousse


« Gàddaay » poème en wolof traduit en espagnol

Exiliarse

Exiliarse viviendo siempre en exilio
Exilarse para vivir lejos de los fuegos de la sabana
Exiliarse para alejarse de la manada
Exiliarse para huir de la acacia
Exiliarse lejos de este árbol venerado
Exilarse pasando lo que se ha derramado
Exilarse buscando siempre un país
Exilarse evitando ser cercado
Exiliarse hasta alcanzar una isla
Exiliarse hasta sacar provecho
Exiliarse para alejarse de aquellos que te han devorado
Exilarse viendo allí toda su existencia
Exiliarse construyendo las ruinas de tu padre
Exiliarse cumpliendo el sueño de tu madre
Exiliarse viviendo siempre en exilio
Exiliarse para vivir lejos de los fuegos de la sabana





Sa meen mi (poème en wolof)

Nàmpalooma ci neen
Meññ naa ci sa meen
Sukkandiku say reen
Ba mana bey aréen
Sa ndox mee yefal suuf
Suuf si ker baaxoo wuuf
Lu ma sotti mu ne ko fuuf
Te naa lu fi sax nga xuuf

« Sa meen mi » poème en wolof traduit en français

Ta sève
Tu ne m’as pas allaité pour rien
J’ai grandi grâce à ta sève
M’appuyant sur tes racines
Pour cultiver la terre
Ton eau est l’humus de la terre
Cette terre qui me couve
Avale tout ce que je déverse
Me reprochant d’être
Le prédateur que je suis


Sa meen mi”, un poème en wolof en Espagnol

Tu savia
No me has amamantado para nada
He crecido gracia a tu savia
Apoyándome en tus raíces
Para cultivar la tierra
Tu agua es el mantillo de la tierra
Está tierra que nos mima
Engulle todo lo que derramo
Reprochándome ser
El depredador que soy





Poema de Jorge Luis Borgès en francés y wolof

La luna

A Maria Kodama

Hay tanta soledad en ese oro
La luna de las noches no es luna que vio el primer Adan. Los largos siglos
de vigilia humana la han colmado
de antiguo llanto. Mirala. Es tu espejo.


La luna, poème de Borgés traduit en français par Daouda Ndiaye

La lune
Il y a tant de solitude dans cet or
La lune de tes nuits n’est pas
La lune que vit le premier Adam. Les longs siècles
De veille humaine l’ont rempli d’antiques larmes. Regarde-la. C’est ton miroir.



La luna, poème de Borgès traduit en wolof par Daouda Ndiaye

Weer wi
Sédd na ako Maria Kodoma
Ndaw wéetaay ci wii wurus
Weeru gudddi yii du weer wa
Maam Aadama gisoon. Xarnu yu bare
Ci ñàkk nelawug nit feesal na kook
Rongooñ yu yàgg. Seetlu ko. Mooy sa seetu.




Docteur en Sciences de l’Education, Ecrivain, poète et traducteur, Daouda Ndiaye est né le 14 février 1962 à la Médina à Dakar. Auteur de recueils de poèmes en wolof, l'Ombre du baobab (Keppaarug guy gi), l'Exil (Gàddaay gi), Les sillons (Saawo yi), sa poésie en wolof prend sa source dans le tréfonds du terroir sénégalais tout en s'ouvrant aux autres aires géolinguistiques. Il traduit lui-même ses poèmes wolofs en français, en espagnol et en anglais. Daouda Ndiaye vit en Région parisienne.
 
PUBLICATIONS / TRAVAUX EN COURS
Publication dans « Léopold Sédar Senghor : Poésie complète. Edition critique coordonnée par Pierre Brunel, Vice-président de la Sorbonne, Collection Planète Libre, CNRS Editions, Paris, 2007.
Communication à l’Université Autonome de Mexico (UNAM), juillet 2007, colloque sur les résonnances entre le Mexique et l’Afrique.
Auteur de l’article « Traduire pour l’Afrique. Une approche geo-traduct-logique » publié dans la Revue TTR, Traduction Terminologie Rédaction, de l’Université Mc Gill, Canada, 2007.
Auteur de L’Ombre du Baobab, (Keppaarug Guy Gi), Editions L’Harmattan, (Encres Noires), Paris, 1999.
Auteur de la communication présentée au colloque “Itinéraires francophones” Université Paris IV la Sorbonne, 2002 “La place des langues africaines dans l’espace éducatif francophone”.
Auteur de L’Exil , (Gàddaay Gi), Editions L’Harmattan, (Encre Noire), Paris, 2003.
Auteur de la communication sur “La poésie et la paix dans le monde” Académie Mondialede Poésie de Vérone, Italie, 2003.
Auteur de “La Prison” in La cendre des mots, après l’incendie de la bibliothèque de Bagdad par l’armée américaine, coordonné par Khal Torabully, L’Harmattan, (Poètes des Cinq Continents), Paris, 2003
Auteur de deux textes “Le Joola” et “L’envol de la pensée” in Migraphonies, Numéro de décembre 2004, Paris.






RELOJ  
   
Publicidad  
   
Contador  
  Free counter and web stats  
Hoy habia 5 visitantes (60 clics a subpáginas) ¡Aqui en esta página!
=> ¿Desea una página web gratis? Pues, haz clic aquí! <=